Conseiller  océan indien    –   Assemblée des français de l'Etranger

Le Secrétaire de Marcel Proust

 

Littérature mauricienne

Nouvelles

Auteur 
Michèle Malivel

Parution
2006 – Ile Maurice

Editeur
Editions du Corsaire – Ile Maurice

 

Extrait 1

« Ayant finalement trouvé sa lampe, Praslin l’alluma d’un coup sec et ils poussèrent ensemble un cri d’horreur.

Autour d’eux, il n’y avait plus de sable, il n’y avait qu’une armée mouvante et grinçante de crabes énormes qui prenaient l’île d’assaut ! Les pinces levées comme pour l’attaque s’entrechoquaient comme des lames qui se croiseraient dans une bataille; leurs coques glissaient les unes sur les autres, se chevauchaient, se heurtaient dans un bruit atroce à la fois sec et chuintant. Il en arrivait de la mer en vagues continues et cette marée mouvante avançait, escaladait; renversait et broyait tout sur son passage. C’était claquant, grondant, grinçant, un avant goût d’apocalypse ! « 

 

Extrait 2

Mon père souriait en citant cette phrase avec une délectation gourmande. Il était alors assis sur la plage, sous un de ces filaos des grèves que le moindre souffle fait frémir. La mer était d’un bleu incroyable, exactement comme dans les rêves de ceux qui  veulent s’enfuir. La plage s’étendait à perte de vue et le sable avait la blancheur des coraux qui ceinturaient au loin le lagon et sur lesquels les vagues mouraient dans un baiser d’écume.

Il est bien vrai que ce rivage s’incurvait comme le bras d’une femme aimante autour des épaules d’un amant.

Jamais, comme aujourd’hui, je n’avais ressenti l’harmonie d’une image ; chaque mot avait sa place, son rôle, son sens, son odeur même ; il se glissait en vous, suscitant la rêverie, vous entraînant sur le chemin fatal de l’imaginaire. Son choix ne devait rien au hasard. La façon de le prononcer suscitait une sorte de volupté comparable au goût d’un bonbon exquis que l’on suce longuement pour en faire durer le plaisir et s’imprégner pleinement de sa saveur…

Revue de Presse

Thierry CHATEAU L’Express – octobre 2006
Michèle MALIVEL entraîne le lecteur dans de savoureuses histoires de famille où se mêlent grâce et sensibilité… Elle arrive à recréer des ambiances de ces années-là, leur essence, et surtout ce petit côté merveilleusement désuet d’une époque qui fait désormais partie de l’histoire ancienne de l’île Maurice./p>

Yvan MARTIALL’Expresso – octobre 2006
Des contes à vous jeter au tapis pour le compte… Le talent à l’état brut… Le sol se dérobe sous les pieds du lecteur… Michèle MALIVEL possède plus d’un tour dans son sac, … elle ressemble comme deux gouttes d’eau aux plus connus des chefs-d’œuvre de la peinture de tous les
temps et de tous les lieux…

Valérie VENCATACHELLUMIslander – avril 2007
Composé à son retour sur l’île natale, ce recueil de nouvelles, pétri d’intimité et de poésie, nous livre les souvenirs réels et imaginaires d’une époque et d’un art de vivre avec une précision de style qui permet d’en savourer chaque image et chaque odeur…